Cannes 2012 Day 4 : Paradies : Liebe d’Ulrich Seidl (Sélection officielle, en compétition) ; Laurence Anyways de Xavier Dolan (Sélection officielle, Un Certain Regard)

Paradies Liebe

Paradies Liebe

La première scène de Paradies : Liebe (première partie d’un triptyque déjà tourné), des jeunes trisomiques s’amusant dans des auto-tamponneuses, inscrit le cinéaste Ulrich Seidl dans une filiation directe avec Werner Herzog. Les nains aussi ont commencé petit, présenté à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs en 1970, scandalisa la critique bien pensante qui taxa le film de fascisme. C’est la même étiquette (plus celle d’obscénité, de voyeurisme, d’exploitation, de misanthropie et autres gros mots) qui entache le travail du cinéaste autrichien, salué à ses débuts par le même Herzog, depuis sa découverte dans le réseau festivalier avec Models en 1999 et Hundstage en 2001. Sans être un spécialiste de son œuvre, on a toujours trouvé suspect – et très franco-français – de déchainement plus moral que critique envers un cinéaste qui certes n’appartient pas à la famille des grands humanistes ni des hédonistes, mais regarde en face le monde occidental en général et la société autrichienne en particulier avec une cruauté qui peut rebuter les yeux ou les oreilles sensibles. On sait depuis quelques grands cinéastes de l’observation humaine (Dino Risi par exemple) que la cruauté n’est pas incompatible avec l’intelligence. Le cinéma satirique et politique de Seidl se double d’un travail de formaliste, forcement glacé, qui le situe dans la famille des Haneke, Tarr et autres cinéastes « Mitteleuropa ». Paradies : Liebe est une illustration du néocolonialisme touristique, parfois provocatrice mais sans doute bien documentée, qui montre les mécanismes et les particularités du commerce sexuel entre jeunes hommes africains et femmes mûres occidentales en vacances au Kenya, montré comme un véritable jeu de dupes. L’héroïne du film échoue dans sa recherche d’amour et de tendresse, beaucoup plus difficiles à obtenir et à monnayer que le sexe. Malgré le désespoir qui suinte du film, un humour grinçant et des images saisissantes sauvent Paradies : Liebe d’un nihilisme radical.

Laurence Anyways

Laurence Anyways

Le jeune cinéaste québécois Xavier Dolan découvert à la Quinzaine des réalisateurs en 2009 avec son premier long métrage J’ai tué ma mère, revient en force sur la Croisette avec Laurence Anyways, belle fresque amoureuse (une dizaine d’années en 2h40 de film, on pense à Nos plus belles années de Sidney Pollack) sur les tourbillons d’un couple qui s’aime, se sépare, se retrouve. Le style extravagant du réalisateur, qui n’a pas peur du kitsch et fait ici des choix esthétiques plus affirmés et cohérents que dans ses films précédents est au service d’un sens du romanesque très fort. Le film a aussi la bonne idée de ne pas se transformer en étendard de la transsexualité ou de sombrer dans le prêchi prêcha et l’éloge de la tolérance et de la différence, il s’agit d’une aventure personnelle (le changement de sexe) synchrone avec les changements d’une époque et le désir d’absolu et de liberté, l’élan rimbaldien qui caractérise le travail de Xavier Dolan.

C’est peut-être le film le plus enthousiasmant de ce début de festival, par son énergie mais aussi son écriture et sa mise en scène, dont il faut reconnaître l’originalité. Xavier Dolan ose le mélodrame hollywoodien transgenre et flashy, avec une belle utilisation de la musique et des effets de mode de la fin des années 80. Les acteurs sont remarquables, notamment le couple vedette Suzanne Clément et Melvil Poupaud, dans le rôle de Laurence, un homme hétérosexuel qui décide de devenir une femme à 35 ans. Avec cette création géniale, Melvil Poupaud mérite d’ores et déjà le prix de la meilleure interprétation masculine féminine, inventé pour lui.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to Cannes 2012 Day 4 : Paradies : Liebe d’Ulrich Seidl (Sélection officielle, en compétition) ; Laurence Anyways de Xavier Dolan (Sélection officielle, Un Certain Regard)

  1. Michel says:

    Le couple vedette est Melvil Poupaud et Suzanne Clément !!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s