Blue Holocaust de Joe D’Amato

Cette photo d'exploitation - censurée - nous rappelle les devantures des salles de quartier qui projetaient des films d'horreur...

Cette photo d’exploitation allemande – censurée – nous rappelle les devantures des salles de quartier qui projetaient des films d’horreur…

Comme c’est Halloween paraît-il on ne résiste pas à la tentation de parler d’un film d’horreur, mais on s’est creusé les méninges pour trouver l’un des pires – entendez les plus dégoutants – jamais réalisés. Blue Holocaust (Buio omega, 1979) est un film particulièrement poisseux d’une pointure de la série Z italienne, le célèbre Joe D’Amato, roi des plagiats, des ambiances malsaines et des sujets crapoteux. Il se surpasse avec Blue Holocaust, film d’horreur sur le thème de l’amour fou nécrophile qui emprunte son scénario à un navet de 1965, Le Froid Baiser de la mort (Il terzo occhio) de Mino Guerreri, avec des allusions laborieuses à Hitchcock (Psychose plus le thème du double féminin). Dans un chalet autrichien un taxidermiste amateur empaille sa jeune fiancée, avec la complicité amoureuse de sa nourrice. Quelques imprudentes de passage dans la région seront tuées par cet émule aryen de Norman Bates. Comme D’Amato n’est ni Bava, ni Hitchcock, ni Buñuel, le résultat est à vomir, à réserver aux estomacs solides. Il confirme après Antropophagous son goût pour le gore malpropre, la barbaque avariée et le Grand-Guignol (ongles arrachés à la tenaille, corps dépecé puis dissous dans une baignoire d’acide, cannibalisme, etc.). D’Amato confessa avoir utilisé de vraies entrailles animales achetées dans une boucherie pour la scène d’autopsie. Blue Holocaust, par son sujet mais surtout son traitement, explicite les similitudes entre le gore et la pornographie. D’Amato continuera à filmer de la viande crue jusqu’à sa disparition en 1999 en devenant dans les années 80 et surtout 90 l’un des réalisateurs de hardcore (en 35 mm puis en vidéo) les plus prolifiques (et mieux payés) de la péninsule.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to Blue Holocaust de Joe D’Amato

  1. Bonjour Olivier,
    Vous m’avez récemment exprimé vos encouragements à propos de mon blog FORTINE, QUATORZE ANNEES d’un CERTAIN CINOCHE (sur la note d’ATTAQUE A MAINS NUES) et j’en ai été particulièrement fier et enchanté. J’aurais aimé entrer en contact avec vous de manière plus discrète qu’au travers de commentaires sur nos pages respectives, serait-ce envisageable ?

    Vous pouvez me toucher via la section message de la page Facebook de Fortine: https://www.facebook.com/pages/Fortine-14-ann%C3%A9es-dun-certain-cinoche/255869997937609?ref=bookmarks
    ou sur celle de ma page perso (Jocelyn Manchec): https://www.facebook.com/profile.php?id=1034146946

    Sinon, Blue Holocaust et Anthropophagous seront tout prochainement “dissequés” sur FORTINE !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s