Le Carrosse d’or de Jean Renoir

Le Carrosse d'or

Le Carrosse d’or

Le chef-d’œuvre de Jean Renoir ressort aujourd’hui en version restaurée dans les salles françaises, distribué par Les Acacias.
La restauration (TF1-DA) du Carrosse d’or a été faite à partie des négatifs trichromes Technicolor, procédé rare en France à l’époque. Un tournage en plusieurs langues a souvent été évoqué (français, italien, anglais) mais cette restauration a démontré que la version originale est anglaise, conformément aux propos de Renoir.

Une troupe de comédiens italiens décidée à faire découvrir la commedia dell’arte au Nouveau Monde vient bouleverser la vie d’une cour dans une colonie de l’Amérique espagnole au XVIIIe siècle. Camilla, Colombine à la scène, a rencontré sur le bateau un séduisant officier et ils ont passé leurs nuits dans le carrosse d’or destiné au vice-roi. Ce dernier va tomber amoureux de Camilla, de même qu’un fougueux toréador. Courtisée par trois hommes, Camilla finira par choisir le théâtre, où elle peut s’oublier dans des personnages de composition en attendant de savoir, un jour peut-être, qui elle est et ce qu’elle veut vraiment. Car Camille, toujours sincère, « sur la vie comme sur les planches, rencontre le succès au théâtre et détruit ceux qu’elle aime dans la vie. Où est la vérité, où donc finit le théâtre, où commence la vie ? » Le Carrosse d’or (1954) propose une réflexion géniale sur la vie et le monde du spectacle, la réalité et la représentation, thèmes centraux de l’œuvre de Renoir qui trouvent ici leur aboutissement. S’inspirant d’une nouvelle de Mérimée, Renoir construit un film où théâtre et réalité communiquent sans cesse, souvent à l’intérieur du même plan, grâce à la scénographie et la profondeur de champ. Le rideau se lève sur les appartements royaux, tandis que Camilla ordonne aux aristocrates de saluer à la fin du second acte. La prodigieuse utilisation du Technicolor par le directeur de la photographie Claude Renoir porte l’art de la couleur à un degré de raffinement jamais égalé. Anna Magnani, dans le rôle de sa vie, est sublime.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s