La nuit du carrefour de Jean Renoir

La Nuit du carrefour

La Nuit du carrefour

Un diamantaire est retrouvé assassiné dans le garage d’une des trois maisons d’un carrefour perdu, au volant d’une voiture volée. Le commissaire Maigret (le génial Pierre Renoir, frère du cinéaste) mène l’enquête. Il interroge une galerie d’individus étranges parmi lesquels une séduisante jeune fille et démasque finalement un gang de trafiquants. La Nuit du carrefour (1932), l’une des premières adaptations d’un roman de Simenon à l’écran, est un titre à part dans la filmographie de Jean Renoir. Très éloignée de sa prolifique veine dionysiaque, c’est une œuvre plongée dans les ténèbres de la nuit et de l’âme de ses protagonistes. Le film fut longtemps passé sous silence, même par les meilleurs commentateurs de l’œuvre du cinéaste (André Bazin n’y consacra pas une ligne). Cet oubli s’explique en partie par la genèse chaotique du film et son montage elliptique. Il en résulte une intrigue à peu près incompréhensible. Jean Mitry raconta longtemps qu’il avait égaré deux bobines entre le laboratoire et la salle de montage, ce qui expliquait la confusion de l’histoire. On prétexta aussi des incidents techniques, des erreurs de la script-girl, ou le fait que Renoir était ivre du matin au soir sur le tournage. Dans sa biographie sur le cinéaste Pascal Mérigeau trouve suspecte l’histoire de Mitry, rappelle que le roman de Simenon n’était pas très clair non plus et trouve plus probables les deux dernières hypothèses, sans vraiment lever le mystère. Mais l’essentiel réside ailleurs : dans l’atmosphère inquiétante, l’opacité des personnages mais aussi des éléments (la boue, le brouillard, omniprésents). Ce n’est que longtemps après sa sortie que les admirateurs de Renoir salueront cette ténébreuse affaire où Simenon tutoie, sous le regard du cinéaste, Dostoïevski et Bernanos. Jean-Luc Godard écrira : « Chaque détail, à chaque seconde, de chacun de ses plans, fait de La Nuit du carrefour le seul grand film policier français, que dis-je, le plus grand film français d’aventures. »

 

 

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s