Le Plaisir de Max Ophuls

Simone Simon et Daniel Gélin dans l’épisode “Le Modèle” le “du Plaisir” (1952)

Simone Simon et Daniel Gélin dans l’épisode “Le Modèle” du Plaisir (1952)

Dans Le Plaisir (1952) Max Ophuls adapte trois nouvelles de Guy de Maupassant, prétextes à une exploration des thèmes de l’amour, du plaisir mais aussi de la mort et du désespoir, car « le bonheur n’est pas gai » (conclusion de ce film génial) : dans Le Masque un médecin est témoin du malaise d’un danseur. Ce dernier est en fait un vieillard à la poursuite de sa jeunesse perdue qui dissimule son âge sous un masque et écume les bals publics. Dans un registre plus joyeux et sensuel La Maison Tellier conte l’expédition des pensionnaires d’un bordel de province qui accompagnent leur patronne en Normandie pour assister à la communion de leur nièce. Le Modèle renoue avec le pessimisme tragique et morbide de l’auteur : un peintre séduit puis délaisse un de ses modèles. La jeune femme se jette par la fenêtre et reste paralysée. Le peintre décide de l’épouser, par amour ou pris de remords. Le Plaisir constitue l’un des sommets de l’œuvre de Max Ophuls, par la perfection de son style baroque unique dans le cinéma français et la qualité homogène de l’interprétation qui réunit, comme dans La Ronde deux ans plus tôt la plupart des meilleurs acteurs de l’époque, Danielle Darrieux et Jean Gabin en tête.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

4 Responses to Le Plaisir de Max Ophuls

  1. Sans conteste. Et bravo pour votre blog que je lis avec plaisir.

    • Rémi says:

      Merci !

      Je suis (et peux parler au nom de tous les collaborateurs du blog) un lecteur assidu de vos pages, ravi par le débit actuel et la teneur toujours égale de vos articles.

      • J’ai un peu plus de temps pour écrire en ce moment. Mon blog se poursuivra le premier novembre au moment de mon arrivée à Arte, sous une forme sensiblement identique je pense. Entièrement d’accord sur La Piel que habito qui est le film d’Almodovar que je préfère (de très loin), une excellente surprise. et je partage bien sûr votre enthousiasme pour Holy Motors. Bien à vous,

  2. Rémi says:

    Immense film en effet. La plus belle partie est la première à mes yeux, et particulièrement l’ouverture, avec les superbes mouvements de caméra autour du corps masqué dansant jusqu’à épuisement. Parmi les plus beaux moments de l’histoire du cinéma sans conteste.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s