La Dame aux camélias de Mauro Bolognini

La Dame aux camélias (1981)

La Dame aux camélias (1981)

On voit des extraits de La Dame aux camélias (La storia vera della signora dalle camelie, 1981) de Mauro Bolognini dans deux films, et ce sont deux hommages au génie d’Isabelle Huppert. Dans Les Voleurs de la nuit, tourné en France par Samuel Fuller, le réalisateur américain lui-même regarde le film à la télévision et déclare : « Cette actrice était née pour jouer la dame aux camélias ». Dans un autre film très récent, l’encore inédit et remarquable Bella endormentata de Marco Bellocchio présenté au Festival de Venise cette année, c’est Isabelle Huppert elle-même qui regarde le film à la télévision. Elle interprète une grande actrice très catholique qui vit recluse dans sa maison auprès de sa fille sombrée dans un profond coma, et qui a abandonnée sa carrière pour s’occuper d’elle. Preuves de l’impact qu’ont pu avoir et qu’ont toujours le film de Bolognini et surtout l’interprétation d’Isabelle Huppert, alors à l’orée d’une carrière déjà riche de plusieurs chefs-d’œuvre et grands rôles (La Dentellière, Violette Nozière, Loulou, La Porte du paradis). Fuller a choisi la scène de la mort d’Huppert, qui crache le sang. Bellocchio la montre aux abattoirs boire du sang de vache, pour soigner sa tuberculose. Deux scènes « sanglantes », cruelles, à la fois sublimes et sordides à l’image d’un film qui enregistre le pourrissement d’un corps mais aussi d’un monde malade. Il s’agit d’une production de prestige de la Gaumont Italie qu’on imagine initiée par son patron de l’époque, Daniel Toscan du Plantier, et un véritable écrin pour la jeune actrice. Le choix de Bolognini pour mettre en scène cette nouvelle adaptation du roman de Dumas fils ne surprend guère. C’est le testament artistique d’un spécialiste des adaptations littéraires, mais aussi des reconstructions historiques et du XIXème siècle au cinéma. Le thème de la prostitution traverse son œuvre (on se souvient de La viaccia, Metello, Bubù) mais aussi, plus généralement, de la dimension sociale de la sexualité et de ses pathologies (impuissance dans Le Bel Antonio, inceste dans La Grande Bourgeoise). Bolognini est un esthète fasciné par la décadence et les personnages prolétaires – et parfois bourgeois – brisés par la société. Associé au directeur de la photographie Ennio Guarnieri pour sa période maniériste en couleur, il a magnifié plusieurs actrices internationales mais aucune n’atteint la beauté, la photogénie et l’incroyable expressivité d’Isabelle Huppert dans le rôle d’Alphonsine Plessis, pauvre petite prostituée de province qui deviendra vite l’une des courtisanes les plus prisées de Paris, multipliant les riches amants et vivant une passion amoureuse avec Alexandre Dumas fils, qui s’inspirera de sa vie et sa mort précoce pour le personnage de Marguerite Gauthier dans La Dame au camélias. Le film débute et s’achève par des répétitions et la première représentation de la pièce tirée du roman. La mise en abyme que l’on retrouve dans le film de Bellocchio est donc déjà au cœur du dispositif de mise en scène de Bolognini. Une fois n’est pas coutume, la version longue destinée à la télévision, en deux parties, est supérieure à la version cinéma. Son ampleur romanesque permet à Alphonsine d’exister dans toute sa complexité et son opacité. Huppert est fascinante comme souvent, mais elle est belle et sensuelle comme jamais.

Nous n’avions pas vu La Dame aux camélias et comme nous aimons Bolognini et adorons Isabelle Huppert, la formidable collection de DVD « Gaumont à la demande » qui propose la version télévision en deux parties nous a permis une belle séance de rattrapage.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s