Terminator de James Cameron

Terminator

Terminator

Terminator (The Terminator, 1984) marque la rencontre entre deux thèmes classiques de la science-fiction : les paradoxes temporels et la robotique. Un cyborg assassin, indestructible et d’apparence humaine, voyage dans le passé pour exécuter la future mère d’un chef de guerre et modifier ainsi le cours de l’Histoire. Mais un soldat a lui aussi remonté le temps, pour sauver la jeune femme des griffes de la machine à tuer.

Deuxième long métrage de James Cameron (après le très mauvais Piranhas 2 : les tueurs volants, suite de série Z du film de Joe Dante tournée pour un producteur italien), Terminator est également sa réussite la plus indiscutable. Le cinéaste canadien appartient à la troisième génération des cinéastes formés par Roger Corman. Il a fait ses classes en tant que décorateur et responsable des effets spéciaux sur des titres comme La Galaxie de la terreur et Les Mercenaires du futur, honnêtes productions  Roger Corman des années 80. On retrouve dans Terminator, pour la dernière fois, cet art du bricolage et du système D, relayé par un sens du spectaculaire déjà impressionnant et une puissante inspiration visuelle. Le film, produit par Gale Ann Hurd, future ex-femme de Cameron elle aussi issue de l’écurie Corman, connut en effet des problèmes de budget et requit la débrouillardise et l’imagination du cinéaste et de son équipe. L’énergie brute de la série B est encore là, pas encore gangrénée par les inflations budgétaires et les effets spéciaux hyper sophistiqués. L’histoire est inventive et l’ambition aussi modeste que réelle. Accueilli avec dédain par la majeure partie de la critique à sa sortie, malgré la qualité de l’interprétation (Arnold Schwarzenegger, aussi convaincant en robot que nul quand il veut jouer des êtres humains) et l’efficacité de la mise en scène, Terminator apparaît aujourd’hui comme l’un des plus importants films d’action des années 80.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

5 Responses to Terminator de James Cameron

  1. Un chef d’oeuvre fiction et surtout de suspens.
    Notamment la scène finale, Cameron est le 1er a faire une scene ou tout le monde pense que le film est fini.
    J’aurais aimé être dans la salle à l’époque.

  2. Pingback: Les meilleurs films des années 80 / Best films of the 80’s | Olivier Père

  3. Dustin says:

    En tous cas, Schwarzy était vraiment jeune à l’époque. Le premier Terminator a fait l’effet d’une bombe, mais Terminator 2 a haussé la barre à un niveau indétrônable, même jusqu’à présent.

  4. Guillaume says:

    C’est également mon Cameron préféré, le cinéaste évite ici les boursouflures de certains de ses autres opus, probablement l’influence de l’école Corman dans ce qu’elle a de meilleure…l’autre grand Schwarzenegger des années 80 avec “Predator”.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s