Violence et Passion de Luchino Visconti

Violence et Passion (Gruppo di famiglia in un interno, 1974) ressort aujourd’hui en copies neuves, distribué par Gaumont. Saluons cette reprise estivale qui permettra aux parisiens de revoir un très grand film de Luchino Visconti. Un vieux professeur (Burt Lancaster) qui vit en autarcie dans sa maison romaine chargée de livres d’art, de tableaux et de souvenirs est dérangé par l’intrusion d’une comtesse (Silvana Mangano) qui insiste pour louer le deuxième étage de sa demeure afin d’y loger sa fille, son ami ainsi que Konrad, un gigolo (Helmut Berger). Le professeur est ulcéré par la vulgarité de ce petit monde aristocratique en voie d’embourgeoisement, sans aucune culture ni éducation. Mais il constate l’intelligence de Konrad, cachée sous son cynisme de prostitué, et se lie d’amitié avec le jeune homme, qui devient durant une courte période le fils qu’il n’a jamais eu. Les derniers films de Visconti, marqués par la maladie et le désespoir, souffrirent longtemps de la comparaison avec ses grands chefs-d’œuvre avant que ne resplendisse leur dimension funèbre. Le cloisonnement de l’action dans un appartement reconstitué en studio témoigne du mépris de Visconti devant le monde moderne mais s’explique aussi par sa paralysie qui l’empêchait désormais de mettre en scène d’amples fresques comme Ludwig. Violence et Passion demeure, avant l’épure glaciale de L’Innocent, le somptueux testament moral et artistique du cinéaste, qui exacerbe son goût pour la tragédie et le décadentisme. Ce repli sur soi n’implique aucune forme de renoncement, politique ou esthétique. Visconti évoque dans ce film de chambre l’actualité la plus brûlante (les tentatives de complots ourdies par les grands patrons d’extrême droite), tout en s’enivrant une dernière fois des effluves du temps perdu (les brefs et bouleversants souvenirs proustiens, où surgissent les visages de la mère et de l’épouse du professeur, incarnées par Dominique Sanda et Claudia Cardinale).

Violence et Passion (1974)

Violence et Passion (1974)

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to Violence et Passion de Luchino Visconti

  1. Pingback: Les meilleurs films des années 70 / Best films of the 70’s | Olivier Père

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s