Cannes 2012 Day 2: Moonrise Kingdom de Wes Anderson (Sélection officielle – en compétition, film d’ouverture)

Moonrise Kingdom (2012)

Moonrise Kingdom (2012)

Le Festival de Cannes commence bien avec un très beau film d’ouverture, Moonrise Kingdom de Wes Anderson. Certes nous sommes en terrain de reconnaissance. Direction artistique maniaque, goût de la symétrie et du surcadrage, thèmes familiaux et ambiance rétro rappellent les œuvres précédentes du cinéaste américain, qui a su construire un univers très personnel au sein du cinéma indépendant américain. Mais n’est-ce pas ce qui caractérise un auteur de films, reproduire des motifs et inventer des variations formelles ? Fort heureusement, Moonrise Kingdom séduit au-delà de la connivence qui s’est installé entre Anderson et les cinéphiles du monde entier qui attendent chaque nouvelle livraison du jeune dandy texan avec excitation. Si l’imagerie n’est pas absente de l’univers cinématographique d’Anderson, c’est avant tout la musicalité qui la caractérise. Cette dimension musicale du cinéma d’Anderson est explicité dans le prologue de Moonrise Kingdom, dans lesquels le cinéaste déguisé en enfant mélomane se livre à une explication de la Suite de Purcell, en isolant et en identifiant chaque instrument de musique (exercice recommencé lors du générique de fin cette fois-ci avec la belle partition d’Alexandre Desplat.) Chez Anderson, chaque élément décoratif, mais aussi chaque acteur à la personnalité bien trempée apporte sa tonalité propre et s’intègre à la perfection dans un ensemble harmonieux et subtilement composé. On se souvient des chansons de David Bowie chantées en brésilien qui scandaient le récit de La Vie aquatique (le plus beau film d’Anderson selon moi) mais Moonrise Kingdom est encore plus musical, parce qu’il exprime un véritable art de la fugue. Au sens musical mais aussi au sens de la fuite. Le film raconte l’histoire d’une escapade amoureuse, sur une île au large des côtes de la Nouvelle-Angleterre, lors de l’été 65. Lui est un garçon orphelin et solitaire, elle une fille de bonne famille au comportement névrotique. Il s’échappe de son camp boy scout, elle de la maison familiale. Ils n’ont que douze ans. C’est la plus belle part de Moonrise Kingdom que ce bref et intense moment de liberté et d’intimité vécu par les deux enfants dans un cadre naturel idyllique, une crique en forme de paradis caché. On reconnaîtra dans ce passage du film un remake version culottes courtes, parfois plan par plan de Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, lorsque Ferdinand et Marianne jouaient aux Robinson sur un plage. Il y a même une paire de ciseaux ensanglantée, preuve qu’Anderson et son complice scénariste Roman Coppola connaissent leurs classiques. On pense beaucoup au Godard en couleurs des années 60 – période où se déroule le film – et aussi à Truffaut lors d’une belle séquence de correspondance épistolaire – devant Moonrise Kingdom, film de cinéphile et encore plus de ciné fils. L’hommage et les citations sont toujours élégants et intelligents. Ces deux qualités caractérisent une fois de plus le cinéma de Wes Anderson. On pourrait y ajouter la mélancolie, puisque le film, malgré sa tonalité comique (beaucoup de gags visuels charmants) recèle beaucoup de tristesse et aussi de cruauté. Celles inhérentes à l’enfance, que le film évoque à merveille. Et beaucoup de désillusion en ce qui concerne les adultes, qui persistent ici à se comporter en enfants (hommes déguisés en scouts, ou parents immatures) tandis que les jeunes héros adoptent une attitude grave et solennelle, violente et passionnelle. L’ensemble de la distribution est remarquable, avec beaucoup de nouveaux arrivés dans le petit monde de Wes Anderson (Bruce Willis, Edward Norton, Tilda Swinton, Frances McDormand) plus les deux piliers Bill Murray et Jason Schwartzman. Les deux jeunes adolescents Kara Hayward et Jared Gilman (leur toute première fois devant une caméra) sont merveilleux et méritent à eux seuls le déplacement.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to Cannes 2012 Day 2: Moonrise Kingdom de Wes Anderson (Sélection officielle – en compétition, film d’ouverture)

  1. Jérémy says:

    Bonjour,

    Je travaille pour Newsring, le site de débat lancé par Frédéric Taddeï, je me permets de vous contacter car nous venons de lancer un débat qui devrait vous intéresser et nous serions ravis de votre participation afin de défendre votre point de vue et faire progresser le débat :

    Cannes : un bon livre fait-il forcément un mauvais film ? (http://www.newsring.fr/culture/879-cannes-un-bon-livre-fait-il-forcement-un-mauvais-film)

    Pour participer, il suffit de se connecter sur le site (à l’aide de Facebook, Google+ ou LinkedIn) et de cliquer sur “contribuer au débat”.

    Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me recontacter.

    Cordialement,


    Jérémy
    Community Manager Stagiaire à Newsring.fr

    Facebook : Newsring.fr
    Twitter : @Newsring_fr

    • Bonjour, merci pour votre message et désolé de ne pas pouvoir participer à votre débat à Cannes. Je pense bien sûr que les bons livres peuvent donner des bons films, tout dépend du talent de ceux qui les adaptent. Certains sont passés maître dans l’exercice, de Luchino Visconti à David Cronenberg qui n’ont pas eu peur de se frotter à des chefs-d’oeuvre de la littérature. La vraie question serait plutôt “Un mauvais livre fait-il forcément un bon film?”, ce qui présuppose qu’un grand cinéaste est toujours capable de transcender la matière écrite qu’il choisit ou qu’on lui impose comme point de départ : Kubrick, Godard, Preminger…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s