Les Aventures de Pinocchio de Luigi Comencini

Les Aventures de Pinocchio

Les Aventures de Pinocchio

Luigi Comencini, le meilleur cinéaste de l’enfance, a sans doute réalisé son chef-d’œuvre avec cette magnifique adaptation du conte de Collodi. La version originale des Aventures de Pinocchio (Les avventure di Pinocchio, 1972) est un film en six épisodes tourné pour la télévision italienne, d’une durée totale de 324 minutes. En France, on le connaît dans sa version cinéma, soit un remontage parfois abrupt de 135 minutes. Dans son journal de tournage dont des extraits furent proposés dans les suppléments du DVD français du film (éditions Doriane), Comencini éclaire le cinéphile sur ses intentions, ses méthodes de travail (notamment sur sa façon, admirable, de diriger de jeunes acteurs non professionnels), le déroulement du tournage et de la postproduction. Le film est un modèle d’adaptation cinématographique, et respecte un monument de la littérature enfantine italienne tout en orientant de façon très personnelle le message de l’œuvre. Le film de Comencini propose une lecture matérialiste de Collodi (même les aspects merveilleux du conte sont traités de façon réaliste, un peu à la façon de Pasolini) et le cinéaste insiste sur la liberté, l’insoumission de Pinocchio, plutôt que de faire l’apologie de l’obéissance. Dans le film, la fée n’est pas loin de devenir un personnage négatif. Le choix de Gina Lollobrigida, qui ressemble davantage à une vieille sorcière qu’à une gentille fée, n’était sans doute pas innocent. Ses mauvais rapports sur le tournage avec Andrea Balestri qui interprète Pinocchio, se plaît à raconter Comencini, prouvèrent l’intelligence du jeune garçon et l’excellence de son choix pour le rôle. De son côté, Lollobrigida aurait déclaré après avoir vu le film : « Si j’avais su que ce Pinocchio-là était communiste, je n’aurais pas joué dedans. » Sans commentaire. Ajoutons que la direction artistique est admirable, et situe le film, avec les œuvres de Fellini, Pasolini et Visconti de la même période, dans un âge d’or de la production transalpine, quand le savoir-faire unique au monde des techniciens et artisans de Cinecittà était au service de cinéastes en pleine maturité créatrice. On retrouvera avec plaisir, aux côtés de Nino Manfredi bouleversant dans le rôle de Geppetto, quelques personnalités truculentes du cinéma populaire italien : Mario Adorf, Lionel Stander et surtout les géniaux comiques siciliens Franco Franchi et Ciccio Ingrassia dans les rôles du Chat et du Renard.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s