El Perdido de Robert Aldrich

El Perdido (1961)

El Perdido (1961)

De tous les westerns de Robert Aldrich, El Perdido (The Last Sunset, 1961) est sans doute le plus secret, le plus complexe, donc le plus beau. Chaque incursion du cinéaste dans ce genre « américain par excellence » est un jalon important dans sa carrière, exprime une des différentes facettes de son art : la conscience politique dans Bronco Apache, le baroquisme dans Vera Cruz, la vulgarité dans Quatre du Texas, le désenchantement dans Fureur Apache, l’humour picaresque dans Un rabbin au Far West. Autant de titres essentiels (à l’exception du médiocre et lourdement parodique Quatre du Texas, et du faiblard Un rabbin au Far West) qui accompagnent, des années 50 à 70, le cinéma américain dans ses métamorphoses esthétiques et thématiques. El Perdido (1961) est à la fois un film somme qui récapitule ses principaux succès des années 50 et un chef-d’œuvre qui dévoile dans le cinéma d’Aldrich des perspectives nouvelles et particulièrement ambitieuses que le cinéaste explorera lors de deux décennies suivantes. El Perdido ne jouit pas d’une réputation exceptionnelle. Tourné à la veille du triomphe de Qu’est-il arrivé à Baby Jane? lors d’une période difficile pour Aldrich qui avait dû auparavant s’exiler en Europe, le film souffrit des conflits incessants entre le cinéaste et son producteur vedette Kirk Douglas, et du faible intérêt qu’apporta le scénariste Dalton Trumbo à son travail. El Perdido est pourtant un western admirable, « crépusculaire » pour paraphraser son titre original. Aldrich renonce délibérément aux grands espaces et aux chevauchées spectaculaires pour réaliser un western intimiste et violent centré autour de personnages complexes et tourmentés, rongé par le remords, la lâcheté, sans parler du désir sexuel et de la perversité qui vont peu à peu contaminer l’œuvre aldrichienne. Interprétation admirable de Rock Hudson, Joseph Cotten et Dorothy Malone. Si Robert Aldrich est un nom important du cinéma américain néo-classique, aux côtés de Sam Peckinpah et Richard Fleischer, il est possible que ce beau western soit le titre idéal pour (re)découvrir une filmographie placée sous le signe de la démesure.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s