You’re next d’Adam Wingard

Cette année plus encore que les précédentes, le TIFF (Toronto International Film Festival) a accueilli dans ses diverses sections de nombreux films de Locarno : 19 titres, parmi lesquels dix étaient des premières mondiales et quatre des premières internationales découvertes lors du 64ème Festival del film Locarno cet été (voir liste sur le site du festival). C’est Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau, déjà vainqueur du prix du public et du prix Variety à Locarno qui a remporté le prix du meilleur film canadien à Toronto. Monsieur Lazhar a aussi été choisi pour représenter le Canada aux Oscars, à l’orée d’une brillante carrière initiée sur la Piazza Grande.
A Toronto, outre le plaisir de retrouver de nombreux cinéastes et acteurs que nous avions invités à Locarno, nous avons pu voir les nouveaux et magistraux films de quelques-uns de nos cinéastes préférés : David Cronenberg, Johnnie To, Francis Ford Coppola, William Friedkin et, en projection privée, d’Abel Ferrara (les deux derniers noms étant des récents lauréats du Pardo d’Onore Swisscom – 2009 et 2011 – en pleine possession de leur art.) Nous en parlerons dans ce blog à l’occasion de leurs sorties en salles. Découvert dans la section « Midnight Madness » du dernier festival de Toronto, You’re next est une excellente surprise qui confirme qu’il faut rester attentif à la scène du cinéma d’horreur indépendant américain, qui se développe loin de la dictature des suites et des remakes des studios hollywoodiens spécialisés dans le genre. Adam Wingard s’était déjà fait remarquer avec ses précédents films d’horreur à tout petit budget, Home Sick, Pop Skull et An Horrible Way to Die. Wingard fait partie de la constellation de cinéastes qui sont en train de redonner une véritable énergie au cinéma indépendant US, travaillent souvent ensemble (échangeant les casquettes d’acteurs, scénaristes et réalisateurs) et ne négligent pas les genres cinématographiques comme la comédie, le fantastique et même l’érotisme, en les confrontant à l’esthétique « mumblecore » (tournages fauchés, acteurs semi-professionnels, dialogues improvisés, hyper naturalisme de l’interprétation et de la mise en scène, tics du cinéma-vérité).
Ces cinéastes se nomment Larry Fessenden, Joe Swanberg, Ti West (auteur entre autres du remarquable The House of the Devil), les frères Duplass – avant leur incursion chez les grands studios avec Cyrus (Piazza Grande 2010) – ou Andrew Bujalski. Ils sont quasiment inconnus en Europe et bénéficient d’une notoriété confidentielle aux Etats-Unis, où leurs films (souvent inégaux il faut bien le reconnaître) connaissent une diffusion très limitée dans les salles et les festivals, essentiellement disponibles en DVD. Il est possible qu’un film comme You’re next, le plus réussi de son auteur, accélère la reconnaissance critique et publique de cette « nouvelle vague underground américaine » hors des frontières des Etats-Unis, et celle d’Adam Wingard en particulier. Le film s’inscrit dans le sous-genre des films d’agression en huis clos, très vivace dans les années 70 (on pense immédiatement à Fright de Peter Collinson). Un jeune homme emmène sa nouvelle fiancée à la soirée d’anniversaire de ses parents, un couple bourgeois qui vit dans une opulente et confortable maison de campagne. Il y retrouve ses deux frères et leurs compagnes. Les inimitiés entre les trois frères aux personnalités et aux carrières très différentes ne tardent pas à apparaître, créant une atmosphère pesante entre les membres de la famille. On peut être irrité par ce préambule qui reproduit les pires travers du cinéma inde contemporain (caméra tremblotante, lumière laide, direction approximative des comédiens), même si une séquence pré générique angoissante et réussie (le meurtre d’un couple dans sa maison) avait attisé notre curiosité. Ces réserves s’évaporent dès la fin du repas, lorsque la famille est attaquée par des jets de flèches brisant les fenêtres du salon et semant la panique parmi les survivants, qui vont tenter de s’organiser pour échapper aux assauts répétés de tueurs invisibles. Dans la tradition des slashers des années 70 et 80, le film enregistre la décomposition d’un groupe humain, dont les membres sont éliminés un par un avec une brutalité extraordinaire. Les assaillants, qui portent des masques d’animaux, utilisent une grande variété d’armes blanches (de l’arbalète à la hache) pour massacrer, sans motif apparent, leurs victimes, ce qui donne lieu à une série de meurtres particulièrement graphiques, sanglants et imaginatifs. La mise en scène accentue le réalisme et la violence des attaques, et se révèle d’une grande efficacité. L’humour n’est pas absent, notamment dans les dialogues, mais il exclue toute forme de parodie ou d’atténuation du suspens. Le film réserve de nombreuses bonnes surprises, jusqu’à sa dernière image. Devant autant de cruauté et de cynisme (le coup de théâtre final révèle que la cupidité la plus immorale est la cause du massacre), on ne peut s’empêcher de penser au chef-d’œuvre de Mario Bava, La Baie sanglante (1971), qui lui aussi orchestrait l’élimination systématique de tous ses protagonistes, pour de vils motifs d’argent et d’héritage. Qu’un des plus beaux films d’horreur du cinéma italien, précurseur moderne et radical de la mode du gore, inspire pour le meilleur le renouveau du genre aux Etats-Unis, voilà de quoi faire plaisir aux cinéphiles, qui doivent désormais surveiller de plus près ce courant alternatif made in USA.

You're next d'Adam Wingard (2011)

You're next d'Adam Wingard (2011)

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s