Taxi Driver de Martin Scorsese

Restauré en 4K (le format de définition d’image numérique le plus performant) à l’occasion de son 35ème anniversaire, Taxi Driver de Martin Scorsese après une projection spéciale au dernier Festival de Berlin est sorti en Blu-ray aux Etats-Unis le 5 avril 2011. Cette édition collector est identique à celle prévue en Europe et en France le 4 mai, chez Sony Pictures Entertainment.
Sans doute le film le plus célèbre de Martin Scorsese, Palme d’or au Festival de Cannes en 76 et immense succès commercial, Taxi Driver parvient à excéder toute la filmographie du cinéaste. La réussite géniale du film impute à égalité à trois hommes, Scorsese, son scénariste Paul Schrader qui s’est tout autant inspiré de La Nausée de Sartre et de Crime et Châtiment de Dostoïevski que de son expérience personnelle, et son interprète principal le jeune Robert De Niro. Une telle parfaite osmose entre les trois wonder boys ne se reproduira qu’une seconde fois (Raging Bull, tout aussi beau mais déjà en phase ostentatoire).
Point d’orgue d’une filmographie, Taxi Driver est aussi un titre qui offre une vision syncrétique du meilleur du cinéma américain des années 70, grâce à une structure en chapitres qui lui permet d’accueillir à la fois le ton déambulatoire de Robert Altman, l’existentialisme de Monte Hellman, le baroquisme et les ralentis de Sam Peckinpah (la tuerie de l’escalier évoque par sa rage suicidaire et libératrice le carnage final de The Wild Bunch), et même le nouveau cinéma d’horreur et de violence. Des films aussi commerciaux que Death Wish ou les séries B new yorkaises de Larry Cohen – qui lui aussi fit appel au compositeur d’Hitchcock, Bernard Herrmann – ne sont pas si éloignées de Taxi Driver, dans leur vision cauchemardesque et crasseuse de New York, leur graphisme gore et la pathologie sécuritaire de leurs antihéros. Ce qui différencie pourtant Taxi Driver des autres grands films américains de son époque, c’est l’influence ostentatoire du cinéma européen, de Michael Powell à Mario Bava (pour l’usage agressif de la couleur) de Godard à Antonioni, pour – notamment – le traitement très audacieux du thème de la rencontre. Davantage qu’un film sur la solitude, Taxi Driver explore le masochisme d’un petit chauffeur de taxi, Travis Bickle, qui ne cesse de mettre à l’épreuve son ignorance et son puritanisme, dans de purs réflexes d’échec et de douleur, d’abord lors de la désastreuse drague d’une bourgeoise belle et cultivée (Cybil Shepherd), incarnation du fantasme de la femme inaccessible, puis l’acte de violence désespéré (la tentative tout aussi désastreuse d’assassiner un politicien en campagne); un geste warholien – connaître sa minute de célébrité, à n’importe quel prix – que Scorsese étudiera à nouveau dans un de ses meilleurs films, La Valse des pantins quasi remake sardonique de Taxi Driver, préférable à la laborieuse resucée ambulancière de A tombeau ouvert. Enfin, mué en improbable ange exterminateur, Travis partira en croisade pour sauver une prostituée mineure et droguée (Jodie Foster) des griffes d’un proxénète (Harvey Keitel.) Dépressif, ambigu mais beaucoup moins irresponsable qu’on a pu le prétendre – Travis n’est l’objet d’aucune glorification – Taxi Driver reste le chef-d’œuvre officiel de Scorsese et un objet de culte pour plusieurs générations (adolescent j’avais l’affiche dans ma chambre.) Son chef-d’œuvre secret, La Valse des pantins (1983), bide critique et public plus qu’injuste à l’époque, ressortira dans les salles françaises le 18 mai, distribué par Carlotta.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to Taxi Driver de Martin Scorsese

  1. Pingback: Les meilleurs films des années 70 / Best films of the 70’s | Olivier Père

  2. Pingback: Martin Scorsese, c’était mieux avant | Olivier Père

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s