Locarno 2012 Day 8 : Jean-Claude Brisseau

Jean-Claude Brisseau

Jean-Claude Brisseau

Je suis très heureux et honoré d’accueillir au Festival del film Locarno Jean-Claude Brisseau, l’un de mes cinéastes préférés et l’un des plus grands réalisateurs français, avec son admirable nouveau film La Fille de nulle part présenté aujourd’hui en première mondiale dans le Concorso internazionale.

La Fille de nulle part de Jean-Claude Brisseau, l'un des 19 films en Concorso internazionale au Festival de Locarno

La Fille de nulle part de Jean-Claude Brisseau, l’un des 19 films en Concorso internazionale au Festival de Locarno

Jean-Claude Brisseau, cinéphile dès l’enfance, est né le 17 juillet 1944 à Paris.

La Vie comme ça est son premier long métrage professionnel, tourné à l’origine pour la télévision. Brisseau, enseignant et cinéaste amateur, avait d’abord tourné un film en super 8, La Croisée des chemins qui avait été remarqué par Pialat et Rohmer. La Vie comme ça, déjà un chef-d’œuvre, fut en 1978 le premier film à montrer la violence et la déshumanisation des grandes cités, avec un réalisme et une cruauté qui ne sont pas sans évoquer Buñuel. Le regard politique de Brisseau sur un sujet qu’il connaît très bien pour l’avoir lui-même vécu se teinte de fantastique et évite le naturalisme pur. Un jeu brutal (thriller métaphysique où il rencontre son acteur fétiche Bruno Cremer) et De bruit et de fureur (qui évoque avec poésie mais sans détour un climat de violence insoutenable dans les banlieues) l’imposent comme l’une des révélations majeures du cinéma français des années 80

Noce blanche (1989)

Noce blanche (1989)

Noce blanche

Noce blanche

Noce blanche, malgré la gravité des thèmes abordés et l’exigence sans concession de la mise en scène de Brisseau, obtint un immense succès commercial en 1989, en grande partie grâce à Vanessa Paradis, alors considérée comme une petite chanteuse idiote et qui se révéla sous la direction de Brisseau une excellente actrice de cinématographe. Noce blanche, histoire d’un amour impossible, propose comme tous les autres films de Brisseau une interrogation philosophique sur le sens de la vie, en émotions et en actes. Un prof de philo guetté par l’ennui et la solitude, malgré sa réussite professionnelle et sentimentale, tombe sous le charme d’une jeune lycéenne brillante mais en situation d’échec scolaire en raison d’une existence désordonnée et d’un passé mystérieux. Elle représente son double apparu sous la forme d’un ange exterminateur, et il va passer à côté de la chance que lui offre le Destin, par peur.

L'Ange noir (1994)

L’Ange noir (1994)

Réalisé après le triomphe de Noce blanche, Céline (1992) avec Isabelle Pasco et Lisa Hérédia est un autre film magnifique de Brisseau qui aborde des questions métaphysiques et philosophiques à travers l’histoire d’une jeune fille suicidaire qui revient à la vie grâce à la méditation transcendantale et au yoga. L’Ange noir (1994) avec une surprenante Sylvie Vartan est le grand film maudit de Brisseau, incompris en son temps, qui apparaît aujourd’hui comme un sublime mélodrame post hollywoodien, où s’affirme la vision tourmentée du cinéaste de l’amour, du désir et de la corruption. Le film s’inspire librement de La Lettre de William Wyler (1940) et mêle à une critique implacable du monde du pouvoir et de l’argent les fantasmes cinéphiliques et érotiques d’un cinéaste qui sera de plus en plus hanté par son obsession de la jouissance féminine et des rapports entre sexe, mysticisme et lutte des classes.

Les Savates du bon dieu (2000)

Les Savates du bon dieu (2000)

Les Savates du bon dieu (2000) est une sorte de poème élégiaque sur la recherche de l’absolu. Le film procède d’un audacieux mélange des genres que tentera également le cinéaste sur ses films suivants, Choses secrètes et Les Anges exterminateurs. Mélodrame, enquête sociale, polar, thriller érotique…

Dans une cité de province, un mécanicien amoureux fou de sa femme est quitté par cette dernière qui rêve de luxe et de richesse. Commence alors une poursuite effrénée dans laquelle il entraîne son amie d’enfance, secrètement éprise de lui. Les deux jeune gens commettent plusieurs braquages, croisent sur leur chemin un griot africain, traversent les différentes strates de la France, de la petite délinquance sordide à la bourgeoisie clinquante et corruptrice. Jean-Claude Brisseau, à l’écart des modes et des discours dominants, poursuit une œuvre magnifique. Les Savates du bon dieu, condensé des obsessions et des convictions qui fondent le cinéma de Brisseau, est son titre le plus exalté, un mélodrame au lyrisme torrentiel qui charrie des idées et des sentiments plus grand que la vie. Le film sublime ses jeunes actrices par une image sensuelle et fantasmatique, ose confronter l’esthétisme de la série B (un plan cite Gun Crazy de Joseph Lewis, d’autres évoquent Nicholas Ray) ou du roman-photo à une critique marxiste de la société.

Les Savates du bon dieu embrasse d’un même et sublime élan la société française, le cinéma et l’amour fou.

Jean-Claude Brisseau s’est souvent attaqué aux tabous.

Dans La Vie comme ça, il parlait de la vie dans les banlieues, dans De bruit et de fureur, il s’est intéressé à la délinquance.

Dans ses trois films suivants (Choses secrètes, Les Anges exterminateurs, A l’aventure), il a pris le risque de s’approcher du plus grands des tabous : le sexe.

Choses secrètes (2002)

Choses secrètes (2002)

Les Anges exterminateurs (2006)

Les Anges exterminateurs (2006)

Choses secrètes, l’un de ses plus beaux films, montre comment deux jeunes filles jouent de leurs charmes comme d’une arme pour pénétrer les hautes sphères de la société et du pouvoir, dans un jeu dangereux qui se retournera contre elles.

Avec Les Anges exterminateurs (2006) il plonge dans les mystères du désir et du plaisir féminin, vécus comme une forme de mysticisme, non pas comme un provocateur mais comme un explorateur et un expérimentateur, avec la complicité de ses magnifiques jeunes comédiennes, en procédant à une audacieuse mise en abîme et un jeu de miroirs (le film met en scène un cinéaste pris au piège de son propre dispositif.)

Le nouveau long métrage de Jean-Claude Brisseau, La Fille de nulle part, est un émouvant retour aux sources. Le film est autoproduit, interprété par Brisseau, et essentiellement tourné dans son propre appartement, un peu à la manière des films amateurs de ses débuts, et le numérique (employé pour la première fois par Brisseau) remplace le super 8. Le film fait penser à ces œuvres de cinéastes qui n’ont plus rien à prouver mais ont toujours soif d’expérimentations, comme le récent Twixt de Francis Ford Coppola. Le confinement du sujet (la relation platonique entre un vieux professeur et une jeune fille sauvage) et la modestie des moyens apparaissent, davantage qu’un aveu de résignation, comme une authentique démonstration de résistance politique et économique, un véritable manifeste de cinéma guérilla. Car tournage léger et micro budget ne signifient pas amateurisme sous la direction d’un cinéaste obsédé par le style et la forme. Chez Brisseau tout est question de mise en scène, et La Fille de nulle part est une véritable leçon de cinéma, symptomatique de la fidélité de Brisseau à certains préceptes esthétiques de la Nouvelle Vague mais aussi du cinéma américain classique (surtout Hitchcock). Si l’on retrouve les préoccupations mystiques et morales du cinéaste, avec de nouveau des incursions du côté du paranormal et du spiritisme, La Fille de nulle part s’enrichit d’une surprenante dimension émotionnelle qui le fait échapper à un simple exposé théorique. Avec le portrait de cet homme vieillissant, misanthrope et idéaliste, Brisseau se livre à une étrange confession intime, sacrifiant pour la première fois à l’autobiographie, sans renoncer à sa passion pour le romanesque.

Sa propre interprétation est touchante, et il confirme sa réputation magistrale de directeur d’actrice, obtenant des merveilles de Virginie Legeay, ancienne étudiante du département scénario de La fémis qui ne se destinait pas au métier de comédienne (malgré un petit rôle dans Les Anges exterminateurs.)

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

8 Responses to Locarno 2012 Day 8 : Jean-Claude Brisseau

  1. Pingback: Les meilleurs films des années 80 / Best films of the 80’s | Olivier Père

  2. Pingback: Locarno 2012 : une édition et un palmarès magnifiques | Olivier Père

  3. Anthony Prunaud. says:

    Bonjour Olivier,

    Super !!! Brisseau vient de remporter le 1er prix (Pardo d’oro du Festival) !!!

    Et à la rentrée, un texte très attachant à paraître, titré “En quête de Brisseau”, dans le (ou un ? ) prochain numéro de Trafic !!! Signé par Pierre Gabaston – ami du cinéaste, et qu’on aura pu voir très furtivement dans Choses secrètes !

    Ci-dessous un extrait, vers le deuxième tiers, d’un texte d’environ douze pages (les fans seront contents !!!), en écho à votre billet :

    « En juin 1980, Rohmer appelle Jean Collet, depuis peu conseiller de programmes à l’INA. Collet tombe des nues, ignorant tout et de l’auteur et du film. Il mourait aux oubliettes. Projection des plus probantes, Collet en sort stupéfait. A-t-il éprouvé comparable émotion depuis les débuts d’Eustache ? L’INA joue le jeu (met un peu d’argent) et Jean-Claude achève son film. Dans la foulée, Collet lui commande le pilote d’une série « télévision de chambre » (lieu unique, peu de personnages, 16 mm). Collet gardait en tête la trilogie de Bergman (Comme un miroir, Les Communiants, Le Silence). Cela nous vaut une perle de Brisseau : Les Ombres. Fi de ses apparences, ce n’est pas un film social comme on le crut trop vite. Pascale Breugnot et Marcel Teulade le relancent : L’Echangeur. Ce court-métrage (30′) de la série « Les contes pour enfants » est diffusé sur Antenne 2, le 16 août 1982. Fragment brut, il prépare De bruit et de fureur, dont il se détache. Jean-Claude ne l’aime pas plus que ça, il a tort, c’est un de ses plus beaux « morceaux choisis ». L’échangeur est le complexe autoroutier de la porte de Bagnolet. On ne le sait pas encore, on ne veut pas le savoir, le boulevard périphérique serre son noeud coulant autour de la capitale. Le décor fait le sujet. Les courroies de maçonnerie et de bitume d’un urbanisme infernal concassent plus qu’elles ne relèvent de jeunes vies – piliers et tabliers des ponts autoroutiers, écoulement des voitures, bruit de fond abrutissant. Sur une variation de l’échelle des plans (trois raccords dans l’axe), un gamin roulant sa bosse au fond d’un puits de béton tire une caisse en bois (revues érotiques, arme) montée sur des roulettes. Un ciel étroit rejaillit au-dessus de lui. Brisseau l’élève. Plus : le conçoit. L’enfant rêve qu’on le rêve devant une fille qui s’effeuille – esseulée comme une ampoule nue. »

    Bien à vous ; et bon repos,

    • Merci Anthony, belle et légitime émotion de voir enfin Brisseau récompensé par le jury d’un grand festival avec un film libre et exemplaire. Merci pour ces bonnes pages de l’article de Pierre Gabascon, ami et spécialiste du cinéma de Brisseau. On a hâte de lire la suite. En attendant la sortie prochaine de “La Fille de nulle part”.

  4. Tatum says:

    Samedi soir. Champagne !

  5. Tatum says:

    Merci, Olivier. JCB est un plus grands cinéastes contemporains, rappelons-le, inlassablement. Puisse le jury de Locarno s’en rendre compte ! (Charles “de quoi j’me mele” Tatum)

    • Merci Charles. Le nouveau film de Brisseau est magnifique et a été splendidement accueuilli par la presse et le public lors de sa présentation à Locarno en première mondiale. Amitiés,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s